148e Folie : La Dynastie Donald Duck, tome 6 : 1955-1956


Voici donc le tome 6 des intégrales consacrées au maître des canards Disney. Et on peut dire qu'une fois de plus la qualité est au rendez-vous. On retrouve la même maquette que pour les autres, avec la couleur et le dessin de couverture qui changent selon les tomes.
La première histoire est "Rencontre avec les Cracs-Badaboums" dont je gardais un très bon souvenir pour l'avoir déjà lue il y a quelques années. Elle est effectivement très drôle, et même si la fin est un poil rapide à mon goût je n'ai pas été déçu par cette relecture. Toutefois j'ai quelques petits reproches pas bien graves à faire à cette adaptation. D'abord pourquoi avoir gardé "Cracs-Badaboums" dans le titre si c'est pour donner les noms originaux dans l'histoire, noms qui de plus sont bien moins parlants et drôles pour un français malgré l'explication avant l'histoire. Et l'autre petit reproche c'est qu'on nous explique que les Cracs-Badaboums (pour moi ils continuent à s'appeler ainsi) ont appris l'anglais grâce à une radio de musique country, mais la traduction ne fait pas assez ressortir le côté "paysan" voulu par Barks du coup (bon après j'imagine que c'était très difficile à rendre en français). Et un autre point de détail, (mais là je chipote) les Badaboums sont décrits comme ayant une cravate, or si on regarde bien ce n'est pas une cravate qu'ils portent mais une lavallière, je me souviens d'ailleurs que dans la première traduction que j'avais lu, c'était bien marqué lavallière et ça m'avait marqué puisque je ne connaissais pas ce mot... Enfin ce sont des détails, c'est vraiment une histoire sympa.
Il y a aussi d'autres très bonnes histoires comme "Trésor Temporel" où Donald et Picsou recherchent un trésor qu'ils ont caché dans dans une vie antérieure, avec une excellente chute complètement inattendue.
"Donald aux Jeux Olympiques" est également très drôle et assez émouvante quelque part, on y voit un Donald qui fait tout pour être dans la sélection Donaldvilloise pour les Jeux Olympiques, mais bien entendu tout ne se passe pas bien...
La courte histoire de "La montre des McPicsou" montre encore une fois le talent de Barks pour faire des chutes complètement inattendues et pourtant excellentes.
En résumé, on a une fois de plus un concentré du talent de Barks pour manier des personnages qu'il a pour la plupart créés et dont il connaît parfaitement les caractères et les habitudes. Ce tome 6 est donc encore une fois un concentré de bonnes et très bonnes histoires dans le monde des canards Disney.

2 commentaires:

florel a dit…

Mon Dieu Picsou, qu'est-ce que ça ne rajeunit pas ! et pourtant je ne suis pas aussi vieille. Faudrait que j'en relise un un jour pour voir et m'amuser un peu.
Par contre merci pour le mot "Lavallière", je ne connaissais pas ce truc, d'ailleurs je trouve ça trop pas beau XD
Bonne lecture et bonne semaine.
Biz Dieutesque Mr l'ancêtre.

fairystelphique a dit…

Ca a l'air sympa, et je suis une fan de disney, mais je ne connaissais pas ces series... je vais me pencher sur a question du coup....

Enregistrer un commentaire