68e Folie : Journal d'une bipolaire

Journal d'une bipolaire
de
Patrice Guillon, Émilie Guillon et Sébastien Samson

Le journal d’une bipolaire est le récit autobiographique bouleversant d’une jeune femme en proie à une fluctuation anormale des troubles de l’humeur.
Si le trouble bipolaire est une pathologie psychiatrique bien connue, rares sont les témoignages qui la présentent simplement, dans son apparition et ses conséquences sur le quotidien.


Ce livre est beau, simple et fort. Ce livre m'a vraiment touché. Il m'a également posé un souci quand je l'ai eu terminé. A savoir, comment j'allais pouvoir en parler. Est-ce que je devais me contenter de ne parler que du livre, rester basique comme à mon habitude...
En fait, ce livre m'a plus particulièrement touché parce que je suis moi aussi bipolaire. Donc il y a beaucoup de situations que vit Camille dans lesquels je me suis retrouvé...
Alors une précision, bien que la jeune auteur soit Émilie Guillon, et qu'il s'agisse bien d'une autobiographie, le personnage principal s'appelle Camille. On ne nous explique pas pourquoi, mais on peut raisonnablement supposer que c'est pour permettre à Émilie Guillon de prendre une certaine distance avec le récit.
Ce qui est intéressant aussi, c'est que l'histoire de Camille, est entrecoupée de moments dans le "présent", des moments où elle discute avec son père pour lui expliquer les choses, où des moments où elle veut tout arrêter "parce que ça ne sert à rien" et où deux jours plus tard on la voit qui téléphone à son père pour s'excuser.
Ces coupures dans le récit montrent qu'encore aujourd'hui tout n'est pas réglé pour Camille, qu'il y a encore des moments extrêmes.
Sinon l'histoire de Camille est vraiment très bien racontée, très touchante, et je pense qu'elle peut permettre de prendre conscience à quelqu'un qui ne connaît pas bien ou pas du tout cette maladie, des difficultés qu'il y a à vivre avec, et surtout des énormes difficultés à trouver un médecin capable de poser enfin un diagnostic correct. Pour Camille par exemple, il faudra presque 4 ans pour qu'enfin un médecin lui dise qu'elle est bipolaire.
Le récit est simple, juste, il ne tombe pas dans le misérabilisme et dans le pathos. On sent bien qu'Émilie Guillon n'a pas fait cette BD pour qu'on la plaigne, ou pour se plaindre. Elle a simplement souhaité laisser son témoignage sur quelque chose qui reste trop méconnu alors que cette maladie toucherait au moins 6 % de la population générale.
Le dessin est aussi très bien trouvé, pas un dessin noir surchargé qui aurait alourdi le récit, qui lui aurait peut-être donné une dimension pathétique. Au contraire, on a un dessin clair, qui se contente parfaitement de noir et blanc, qui renforce l'histoire. Certains le trouveront peut-être trop stylisé, pas assez réaliste, mais il me semble qu'un style plus poussé aurait desservi le propos. Contrairement à une BD traditionnelle, le dessin m'a semblé un peu plus secondaire par rapport au texte là où d'habitude il suffirait presque à raconter le récit. Non pas qu'il n'est pas important, mais on s'attache plus au texte et à ce que nous explique Camille, il est plus là pour appuyer le texte que l'inverse. Et il faut féliciter le dessinateur Sébastien Samson dont c'était apparemment la première BD, d'avoir su aussi bien mettre en images le difficile récit d'Émilie/Camille.
Je ne sais pas comment quelqu'un d'extérieur recevra ce témoignage, mais je dois dire que pour moi c'était parfois assez difficile, (non pas parce que c'était mauvais, mais parce que ça me touchait trop) et que j'ai dû découper ma lecture de cet album en plusieurs morceaux sur plusieurs jours.
J'espère en tout cas, comme le Dr Gay qui signe la postface que ce livre permettra à des gens confrontés à cette maladie de se reconnaître ou à des gens confrontés à des personnes dans ces situations de pouvoir enfin mieux les comprendre, et de réaliser qu'ils ne font pas semblant, que ce n'est pas quelque chose que l'on peut faire disparaître du jour au lendemain. Et il faudrait aussi que ce soit lu par les médecins qui trop souvent encore confondent bipolarité et dépression et bourrent les malades d'antidépresseurs ce qui amène bien souvent à des situations dramatiques.
Au final, c'est bien évidemment un coup de cœur pour moi, et j'espère qu'il pourra l'être pour de nombreux lecteurs.


21/30

8 commentaires:

L'Ogresse a dit…

Cette BD me tente beaucoup, merci d'en avoir parle !

Lelanie a dit…

Je lis très peu de BD mais celle-là à l'air intéressante et très touchante.

Sollyne a dit…

En voyant le titre quelque part dans BBM, j'avais été interpellée, mais la couverture ne me tentait pas.
Ton article me donne envie d'aller voir un peu plus loin :D Elle a l'air intéressante.

Marmotte a dit…

Je lis peu de BD, mais connaissant des personnes bipolaire, je vais certainement m'y intéresser, surtout que je trouve la couverture très sympa.

joey7lindley a dit…

J'aurais peur que ça me touche trop pour ma part. même si je ne suis pas directement concernée par le sujet. En tout cas, je trouve ça bien que l'auteur l'ait faite et je pense comme tu le dis que ça pourra parler aux personnes concernées et à ceux qui ne connaissent pas du tout cette maladie

Lyra Sullyvan a dit…

Ca à l'air bien fait, oui ! Faudra que j'y jette un oeil à l'occasion :)

Pikachu a dit…

Dommage que je sois allergique aux BD...
Trop peu de livres parlent ouvertement de ce genre de troubles difficiles à déceler quand on n'en connaît pas les symptômes.
Merci pour la découverte (même si l'aspect BD me rebute) ^^

Theoma a dit…

Je l'ai notée, tu confirmes. Il me tarde de la lire.

Enregistrer un commentaire